L’intérêt de la création du centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions, le cauva

Invitée à une émission radio, Sophie Gromb-Monnoyeur, professeur de médecine, chef de service de médecine légale au CHU de bordeaux explique l’intérêt de la création du centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions, le Cauva.

Sophie-Gromb

Q : Vous êtes la fondatrice du centre « Cauva », que voulez-vous dire de l’agression ?

R : Toutes les victimes d’agressions sexuelles, de mauvais traitements s’agissant des plus jeunes, les enfants voir les personnes âgés.

Q : Pourquoi avez-vous créé en 1999, le cauva ?

R : En réalité le Cauva a été créé en réponse à une demande de terrain, il existait une unité de médecine légale au CHU de bordeaux, la médecine légale est une médecine qui rédige des certificats pour la justice mais, sans aucune prise en charge des victimes qui étaient les plus gravement traumatisés.

Q : Quel est le rôle du Cauva exactement?

R : Le Cauva a pour but d’éviter le parcours du combattants aux victimes et de leur permettre d’être reçu, soigner, écouter, d’avoir une aide psychologique si besoin. L’intervention d’une assistance sociale et d’être guidé et accompagné  dans une procédure judiciaire si la victime souhaite porte plainte.

Q : Le Cauva propose les premiers soins, la première thérapie afin de redonner confiance à la victime ?

R : Oui, c’est pour les donner confiance dans un premier temps pour étiez leur parcourt surtout durant les procédures judiciaires. Comme nous avons une grande expérience, nous savons que notre méthode marche et fonctionne correctement.

Q : c’est le Cauva qui prend des rendez-vous avec l’officier de police judiciaire ? Vous avez une autorité pour cela ?

R : Oui, nous sommes un service auxiliaire de justice avec des experts judiciaires spécialisés et nous sommes liés en convention avec le ministère de la justice pour pouvoir amorcer des procédures judiciaires depuis le centre sous réserve d’une rigoureuse légalité.

Q : Ce sont des personnes qui viennent d’elle-même ou envoyé en général?

R : Il y a plusieurs provenances, soit des personnes qui ont déjà porté plainte et qui sont adressés sur inquisition judiciaire. Il y a des personnes qui se présentent dans le service d’urgence de pédiatrie ou d’adulte. De plus, il  y a beaucoup de victimes qui viennent directement.

Q : Cauva est un centre qui existe uniquement à Bordeaux ?

R : Nous nous ne sommes pas les seuls qui prennent en charge les victimes mais, sur ces spécialités en un seul temps et lieu. Nous sommes effectivement les seuls

Q : Pourquoi ne pas avoir étendu sur d’autres régions ?

R : Un obstacle majeur est l’absence de réelle médecine légale, car lorsqu’on touche à la justice on comprend qu’il faut des médecins formés, diplômés, experts judiciaire et capables d’être extrêmement rigoureux car, la rigueur de la procédure pénale dépend le succès de la justice. C’est assez récent c’est une réforme de fin 2010, appliqué progressivement en 2012 et aujourd’hui nous essayerons de mettre Cauva ailleurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s